Concours et appels d’offre

  • lors des concours de marchés publics, privilégier les candidatures locales des architectes ainsi que des entreprises.
  • supprimer les références demandées dans le type de bâtiment, qui exclus tous les architectes qui n’en n’ont pas.
  • et, d’une manière générale, simplifier les dossiers d’appels d’offres qui coûtent du temps, de l’énergie et de l’argent (même si la dématérialisation se généralise)
  • concernant les dossiers de permis de construire ou déclarations de travaux, l’administration devrait être aussi exigeante pour les particuliers que pour les architectes.

Christophe Perret, architecte

5 commentaires

  1. ces mesures sont un minimum pour que les architectes reprennent leur place…initiale
    abaisser le seuil du recourt à l’architecte à 100 m2 mission complète (ce qui permettrais sont de toucher plus l’individuel)
    pour toute rénovation énergétique, mission complète pour l’architecte…associé ou pas à un BET
    lorsque un architecte amène une faisabilité à un promoteur…mission complète obligatoire…

    J’aime

  2. Appel d’offres :

    – vérifier que l’équipe et TOUS les sous-traitants sont bien domiciliés en FRANCE, et paient leurs impôts et charges en France. Concurrence déloyale (pour les agences et pour les sous-traitants) et prise de risque pour le projet. Si une compétence va être cherchée en dehors du territoire cela doit être motivé par le fait qu’elle n’existe pas sur le territoire !

    – appels d’offres en Région réservés aux agences de la Région, notemment les appels d’offre culturels (salle de concert, musées, scénographie…).
    Il n’y a pas assez d’appels d’offre,
    – les appels d’offres doivent être ouverts aux petites agences

    – Urgent :
    Créer plus régulièrement des LOTS pour les paysagistes, pour les DESIGNERS mobilier et intérieurs (totalement oubliés), pour les scénographes,…

    – Allouer une enveloppe BUDGETAIRE spécifique séparée et suffisante (!) aux perspectivistes et auxx membres de l’équipe, pour vérifier que ces derniers sont assez rémunérés. Caler ces budgets sur les tarifs de 2015. Les montants sont à présent beaucoup trop bas !

    – Accorder un DELAI supplémentaire pour la remise des projets. Les délais sont de plus en plus courts, provoquant des charettes de plus en plus dures, soucis de santé, stress… pour les architectes, et pour leurs collaborateurs qui souffrent de ces délais trop trop courts.
    Eviter une remise de projet le 02 Janvier.

    – Favoriser les petites structures de collaborateurs de votre Région, en France, et qui paient leurs licences de logiciels. (poste budgétaire important pour des structures comme les nôtres.)

    merci,
    Bien cordialement.

    J’aime

  3. Et si les pouvoirs adjudacteurs étaient aussi exigeants sur la justification de leur choix que ce qu’ils nous demandent lors de l’analyse des offres des entreprises en phase ACT (pour passer le contrôle de légalité), nous saurions mieux nous positionner pour les appels d’offre suivants.

    J’aime

  4. On peut aussi évoquer les notes méthodologiques chronophages exigées dans le cadre des AO. Elles constituent tout simplement une prestation intellectuelle non rémunérée…

    J’aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s