Droit au logement et fin du rêve du « petit château »

1. Le droit au logement :
– En s’appuyant sur les études déjà menées (fondation Abbé Pierre…), faire de cette préoccupation une grande cause nationale : comment peut on rentrer chez soi au chaud quand d’autres couchent dehors ? Parfois des familles avec des jeunes enfants ?

2. La lutte contre la précarité énergétique :
– simplifier les différentes aides auxquelles les ménages ont droit (les regrouper, éviter les changements…)
– simplifier les interlocuteurs liés à la rénovation énergétique et communiquer aux habitants un interlocuteur unique : point info énergie…
– promouvoir des montages où un acteur paie les travaux et se rémunère sur les économies générées

3. La fin du rêve du « petit château »
– Arrêter l’étalement urbain qui empiète toujours plus sur les terres agricoles, et ne rend pas service : des pavillons en périphérie des villes sont toujours plus déperditifs (non mitoyens), ne permettent aucune mise en commun (chaufferie collective…), et rendent dépendants de la voiture (transports en commun impossible à mettre en place à haute fréquence), sensibiliser le public à cette problématique
– trouver des moyens pour réhabiliter les bâtiments inhabités avant toute nouvelle construction
– arrêter les lotissements, qui ne permettent pas de faire la ville.
– obliger à la mitoyenneté pour toute construction neuve
– pousser le bimby pour densifier
– retirer des PLU toutes les règles allant contre la mitoyenneté, et ajouter des incitations à cela.

4. Des bâtiments durables, économicologicoresponsables, surtout du bon sens, cycle de vie du bâtiment
– revoir la RT2012 en arrêtant de prendre en compte les lobbys (chauffage électrique…), et en arrêtant les boites noires qui se signifient rien (BBio qui n’a même pas d’unité).
– former les architectes (l’idée q’un mur de pierre de 50cm « isole » est encore couramment répandue chez nous)
– revoir la règlementation concernant la ventilation, obsolète (1982).
– stop aux lobbys concernant les matériaux (isolants végétaux testés sous atmosphère humide alors que les laines minérales testés en atmosphère sèche…)
– regarder les filières d’agromatériaux comme des ressources servant le territoire : chanvre qui permet de restaurer les sols entre 2 cultures…
– promouvoir les acteurs du réemploi, de la déconstruction/récupération plutôt que de la démolition
– faire payer le vrai prix : énergie électrique, fioul (dépolluer la mer a un coût), stockage en décharge…

Camille Morvan

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s